Choc émotionnel - Comment en sortir…

 

La santé est un équilibre bien fragile. Si le stress que l’on connaît tous les jours est un facteur déterminant pour rompre cet équilibre à long terme, le choc émotionnel, pour sa part, est semblable à un cataclysme qui secoue tout l’organisme. Les dommages causés varient d’une personne à l’autre et plusieurs facteurs doivent être considérés, le type de stress, son intensité, sa durée, la santé de la personne qui le subit, etc.

 

 

Réactions physiologiques

Ce qu’il faut savoir, c’est que sous l’effet d’un stress intense, l’organisme fonctionne à pleine capacité. Tout l’organisme est en alerte pour faciliter la réaction. Toutes les transformations chimiques et biologiques se font en accéléré et la demande d’énergie est accrue. Le cœur bat plus rapidement, le sang circule avec plus de tension, les poumons prennent plus d’air, si l’on vient de manger la digestion s’arrête, le sang se précipite dans membres et les idées deviennent plus claires. Pour assurer cette activité cellulaire intense, l’organisme doit fournir un apport supplémentaire d’éléments nutritifs : hydrates de carbone ; protéines ; acide gras essentiels ; vitamines A, E, B et C ; minéraux tels que le calcium, le magnésium, le fer, le zinc, le sélénium, etc. Plus le stress est grand, plus la période de tension est longue et exigeante pour l’organisme. Les conséquences sont un taux d'usure plus rapide de tout le corps.

 

Instabilité qui s’installe

Pour un retour à la normale, l’organisme doit retrouver son équilibre interne en réparant les dommages causés par ce bouleversement. Cependant, notre mode de vie actuel, trop rapide et exigeant, ainsi que notre alimentation, rendent souvent difficile la phase de récupération. Pour cette raison, les personnes ayant subit un stress intense pourront voir s’installer à moyen et long terme, une dégradation de leur santé générale : une vitalité diminuée, des organes moins performants, un système glandulaire en déséquilibre, des carences nutritionnelles accentuées, un sang encombré d'éléments polluants, un système immunitaire affaibli. Voici quelques symptômes physiques et émotionnels qui pourront en découler directement :

 

Symptôme physiques :

Frilosité, mains moites, bouche sèche, difficulté à avaler, mauvaise haleine, diminution ou augmentation de l'appétit, nausées, vomissements, diarrhée, constipation, ballonnements, gonflement, flatulences, irruptions cutanées, transpiration plus abondante, palpitations cardiaques, maux de dos, douleurs musculaires, douleurs articulaires, visage crispé, tics nerveux, bégaiement mineur, tremblement des paupières, doigts et pieds agités, grincement des dents, grippes et rhumes fréquents, syndrome prémenstruel, pertes de mémoire, manque de concentration, insomnie, etc.

 

Symptômes émotionnels :

Inconscience des changements de la personnalité, suspicion, dévalorisation, frustration, irritabilité, colère, anxiété, sensation d'être inefficace, sensation de rejet, anticipation du pire. Ces malaises sont bien réels, et le recours à des solutions rapides, comme la consommation d’alcool et de drogues, ne règle aucun problème et aggrave souvent les conséquences.

 

La reconstruction

Pour réduire les dommages à moyen et long terme et recouvrer la santé physique et émotionnelle, il est indispensable de retrouver l’équilibre organique. Il faut retourner à des principes fondamentaux, les facteurs naturels de santé : alimentation saine (adaptée aux déséquilibres individuels), repos prolongé, activité physique, bonne oxygénation des cellules par une bonne respiration, pensée positive, etc. Ces facteurs répondent aux besoins biologiques de l'être humain. Si certains ont pu fonctionner longtemps sans s'en préoccuper, en état d'après crise, comme celui du choc émotionnel, le recours à ces facteurs devient primordial. Malheureusement, si cette direction n'est pas prise, il y a de forts risques que la dégradation de la santé se poursuive avec toutes ses conséquences.

 

Colette Dumais N.D., B.Sc.Éd.
Publié le: 02/01/2009