Santé, privilège ou choix ?

 

La maladie est considérée par trop de gens comme une souffrance normale, inévitable. « Il faut bien mourir de quelque chose » disent beaucoup de gens, ou encore comme une punition infligée par quelque divinité capricieuse. Ce mode de pensée est complètement erroné. Il provient de l’ignorance pure et simple. La maladie est anormale et n’est pas une punition. Elle est une conséquence logique et inévitable de la violation des lois naturelles. La maladie est entrée dans notre corps car, consciemment ou inconsciemment, nous lui avons ouvert la porte.

Rien, absolument rien, n’est dû au hasard dans ce monde. La chose la plus banale, la plus puérile a un écho, une correspondance quelque part dans notre corps ou notre esprit. Un ensemble de lois (physique, physiologique, mentale, émotionnelle et spirituelle) régissent l’univers. Et c’est précisément la désobéissance à ces lois qui entraîne la maladie. Dans le domaine de la santé, tout comme dans le domaine juridique, l’ignorance de la loi n’est pas une excuse. Et combien plus vitale est la connaissance des lois de la Nature.

La Nature se charge de nous enseigner à sa façon l’art de vivre. Elle utilise un langage particulier, un langage à notre portée. Douleur, souffrance et maladie font partie de son vocable.

La maladie est un signal d’alarme, un message, une confrontation avec soi-même. La maladie est un facteur d’éveil, d’interrogation, de progression et même d’élévation. La maladie est un levier admirable pour qui sait l’utiliser adéquatement.

 

Les facteurs naturels de santé

Les facteurs naturels de santé sont représentés par l’air pur, l’alimentation naturelle saine et équilibrée, biologique dans la mesure du possible, l’eau pure (distillée), l’exercice physique adapté et dosé, l’ensoleillement dosé (10 minutes par jour, se référer à un article précédent), la chaleur, le repos et l’équilibre émotionnel.

 

Le respect des facteurs naturels de santé est une assurance-santé

Les facteurs naturels de santé qui ramènent l’individu à la santé sont les mêmes que ceux qui le maintiennent en santé. Il n’existe pas d’élixir, de produits miracles. La santé est tout simplement la moisson récoltée. Elle sera florissante ou non selon la qualité des « graines semées » (hérédité et mode de vie sain). C’est une loi universelle. On récolte ce que l’on sème. Il est impossible de semer des carottes et de récolter des fraises. Il est aussi inconcevable de répandre des pensées d’amour et vivre dans un climat de haine. Aussi, on ne peut se nourrir d’aliments frelatés et morts, empreints de substances chimiques et toxiques, et exprimer continuellement la santé. On ne peut entretenir dans son esprit un mode de pensée négatif, refuser de pratiquer un exercice physique, fumer à tire-larigot, négliger de se reposer et fuir la compagnie du soleil, sans subir, un jour ou l’autre, les conséquences de nos actes ou de nos manquements. Tôt ou tard, l’organisme se trouvera affecté de ces conditions de vie antinaturelles.

Le recouvrement ou le maintien de la santé est sous notre entière dépendance. Nous avons notre libre arbitre. Ne croyez pas qu’il soit nécessaire d’avoir un mode de vie parfait pour jouir d’une bonne santé. Parfois, quelques mesures simples suffisent.

 

La santé est bel et bien un privilège, un choix et une attitude d’esprit.

Micheline Ébacher. N.D., S.E.S.
Publié le: 14/03/2009