Microbes, pour ou contre notre santé ? 

 

La réponse se trouve dans les lois de la nature. Celles-ci sont à l’œuvre partout, continuellement et depuis toujours. En effet, sans ses cycles naturels, notre terre se serait transformée depuis longtemps en un gigantesque dépotoir à ciel ouvert. La nature a prévue des mécanismes précis répondant à des lois visant l’écologie et le maintient de la vie sur terre.

Le mécanisme dont il est question ici est le recyclage. Il est très facile d’imaginer, par exemple, combien horrible serait notre nature si les animaux morts n’avaient jamais été soumis aux lois naturelles du recyclage organique. Ainsi, plutôt que d’offrir d’énormes réservoirs de combustible fossile utilisable, notre environnement serait, pour le moins que l’on puisse dire, réduit et encombré.

La plupart d’entre nous approuvons et comprenons la nécessité de faire du recyclage et de respecter notre environnement. Aussi, nous laissons la nature exécuter ses opérations écologiques sans trop intervenir. Mais ce que la majorité de la population conçoit difficilement est que le phénomène vital de recyclage s’opère et doit s’opérer au sein même de l’organisme humain. Le but de la nature est là aussi, précis et immuable : recycler les matières qui lui sont nuisibles et inutiles. Pour bien réaliser cette notion dite « du terrain », regardons ce qui se passe dans la nature.

Le cycle de la nature est parfait

Notre environnement, soumis à un cycle naturel parfait, est d’abord constitué par la terre. On peut dire de celle-ci qu’elle est vivante car on y retrouve des bactéries, des champignons, des algues, des vers de terre, etc.… Le bienfait de ces organismes est de digérer la matière organique végétale et animale morte en vue de nourrir les plantes. Celles-ci constituent la grande famille des végétaux et sont à la base de toute vie. Sans les plantes, il ne pourrait y avoir aucun organisme vivant sur la planète. Les animaux herbivores en sont dépendants. Par contre, les animaux carnivores, dont les hommes non végétariens font partis, mangent les herbivores. Puis viennent les charognards(mouettes, vautours, etc.), qui mangent les animaux morts. Sans les charognards qui, il faut bien le dire, ne nous sont pas très sympathiques, notre environnement serait pollué et encombré de carcasses. En dernier lieu, on retrouve les microbes (bactéries, virus, champignons et parasites de toutes sortes) qui décomposent les matières organiques que les vidangeurs (charognards) ont produites (leurs selles) ou ont délaissées. Ainsi, la grande famille des microbes n’est bel et bien que l’extrémité de la chaîne alimentaire. Le rôle indispensable des microbes est donc de débarrasser les terrains de leurs déchets organiques encombrants.

La notion du terrain

Comme on le sait, notre corps est un organisme composé de milliards de cellules. Celles-ci baignent dans un liquide organique et ensemble ils constituent le milieu intérieur (terrain). En tant qu’organisme vivant autonome, chaque cellule doit être nourrie et doit bénéficier d’un environnement propre et sain pour vivre en santé. Les nutriments nécessaires doivent être acheminés à chaque cellule. De même, les résidus de la nutrition de chaque cellule doivent être éliminés du milieu intérieur dans un temps raisonnable sous peine de polluer le terrain cellulaire et ainsi compromettre les fonctions des organes et tissus dont elles font parties.

Mais qu’arrive-t-il à un terrain cellulaire qui n’arrive plus à se débarrasser de ses déchets ? Ceux-ci s’empilent et constituent un dépotoir de matières recyclables. Et dans le cycle naturel de la vie qui est friand de matières organiques recyclables ?... les MICROBES.

Quand le corps se retrouve avec des parties encombrées de déchets, les lois de la nature entrent en action en faisant intervenir les microbes. Alors les champignons, virus, bactéries ou autres parasites déclanchent une opération de nettoyage (infection) dans le but de recycler les matières encombrantes. À l’instar de la planète, l’écologie de notre corps ne saurait survivre à une accumulation excessive de déchets dans ses tissus. Les mécanismes de recyclages sont donc naturels et prévus par la nature pour maintenir la santé de l’organisme.

Dans la notion de terrain, il est important de comprendre que les opérations de nettoyage du terrain ne sont nécessaires que si le terrain est encrassé. Il importe donc de maintenir nos tissus propres, exempt de toxines, débris protéiques, acides diverses, radicaux libres et tous autre matière indésirable. La nature a d’ailleurs prévu des organes d’éliminations à cet effet. C’est donc en adoptant de saines habitudes de vie et en particulier une saine alimentation qu’il est possible de maintenir nos tissus propres.

Rappelons nous que l’homme sans la nature est incapable de survivre. Par contre, la nature peut très bien vivre sans l’homme. La nature est forte et ordonnée, il n’en tient qu’à nous de la laisser agir et surtout de la laisser agir en nous pour notre plus grand bien.

Les microbes sont donc nos alliés dans le maintient d’une santé parfaite. Lorsqu’ils déclenchent une infection, il importe de les soutenir dans leur travail. On doit alors se reposer au maximum, le cas échéant, ne pas couper la fièvre, prendre des plantes et des suppléments pour soutenir le système immunitaire, effectuer une cure de jus si nécessaire, consulter un naturopathe compétant pour des conseils individualisés, etc..

Pierre Choinière, N.D., S.E.S.
Publié le: 06/05/2009